J.R. Mallard

Professional Subscriber to Songbay
J.R. Mallard

En couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui les a négligés
Pour une part de marché

Ma mère ne m’disait pas
Qu’j’étais l’plus beau des mômes
Mon père n’était pas là
Quand j’ai eu mon diplôme

Plutôt qu’faire des histoires
J’imprimais celles des autres
Des ballets de fils noirs
Au fil des planches couleur de chaux

Dans ma vie douce-amère
Aux espoirs illusoires
Et bonheurs éphémères
T’as ouvert un tiroir
De mille et une couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

J’étais un vieux garçon
Qui manquait d’ambition
Dont les jours s’enfilaient
Comme les perles d’un chap’let

Les filles me r’gardaient pas
Comme elles r’gardent les rockers
Les gars se passaient d’moi
Dans les soirées poker

Et dans ma chambre noire
J’dév’loppais pour les autres
En A4 blancs et noirs
Leurs pans de vie en marée haute

Dans ma vie claire-obscure
Aux contours un peu flous
Et aux contrastes trop durs
T’as taillé un bijou
De mille et une couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui a vu en ton coeur
Sa palette de couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

Quand mes jours étaient gris
Tu as bercé mes nuits
Et fait rêver mon coeur
De mille et une couleurs


Jacinthe Mallard 20/12/2020

En couleurs

Les mots de velours

Une autre journée s’assoupit
On pose nos vies-mélancolies
Et on vient retrouver le nid
Où aucun malheur ne subsiste

La vie enchaîne les défis
Chaque jour amène ses soucis
On boucle nos ceintures et on prie
Pour qu’un peu de bonheur subsiste

Dans tes bras
La vie prend tout son sens
Dans les draps
Je perds un peu mes sens

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Je parviens même à oublier
Qu’un autre jour va se lever
Et brusquement nous arracher
À cet instant d’éternité

Dans tes yeux
Je me laisse aspirer
Dans les cieux
Jusqu’au septième palier

Autour de nous le monde-toupie
Est de plus en plus étourdi
Mais sa folie nous semble si loin
Avec l’amour pour seul témoin

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Quand dans mes yeux noirs
Tu lis les mots d’amour
Dans mes yeux du soir
Les mots de velours


Jacinthe Mallard 06/12/2020

Les mots de velours

À coeur perdu (La différence)

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je ne remarque même plus la différence
Mon coeur bat, c’est tout c’qui a d’l’importance

En vérité, ça n’les regarde pas
La vérité ne s’explique pas
Mais elle ne se nie pas

Et pourtant c’est ce que j’ai fait jadis
Quand j’étais convertie au mimétisme
Mais enfin débarrassée des fausses croyances
Je n’me bats plus contre c’qui est une évidence

J’ai oublié tous les autres avant toi
Ces autres qui semblaient faits pour moi
Mais qui m’ressemblaient pas
Parce qu’ils t’ressemblaient pas
Je t’en prie, n’en doute pas

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je suis une citadelle d’indifférence
Contre les jug’ments et l’impertinence

Le temps perdu à me priver de toi
Aujourd’hui j’ai peine à y croire
Je n’pouvais pas savoir
Que tu s’rais mon histoire
Et je te prie d’y croire

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

(1 1/2 refrain instrumental)

Tu as fait la différence
Je t’aime de fou
À coeur perdu


J.R. Mallard 30/10/2020

À coeur perdu (La différence)


Latest Uploads

En couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui les a négligés
Pour une part de marché

Ma mère ne m’disait pas
Qu’j’étais l’plus beau des mômes
Mon père n’était pas là
Quand j’ai eu mon diplôme

Plutôt qu’faire des histoires
J’imprimais celles des autres
Des ballets de fils noirs
Au fil des planches couleur de chaux

Dans ma vie douce-amère
Aux espoirs illusoires
Et bonheurs éphémères
T’as ouvert un tiroir
De mille et une couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

J’étais un vieux garçon
Qui manquait d’ambition
Dont les jours s’enfilaient
Comme les perles d’un chap’let

Les filles me r’gardaient pas
Comme elles r’gardent les rockers
Les gars se passaient d’moi
Dans les soirées poker

Et dans ma chambre noire
J’dév’loppais pour les autres
En A4 blancs et noirs
Leurs pans de vie en marée haute

Dans ma vie claire-obscure
Aux contours un peu flous
Et aux contrastes trop durs
T’as taillé un bijou
De mille et une couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui a vu en ton coeur
Sa palette de couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

Quand mes jours étaient gris
Tu as bercé mes nuits
Et fait rêver mon coeur
De mille et une couleurs


Jacinthe Mallard 20/12/2020

En couleurs

Les mots de velours

Une autre journée s’assoupit
On pose nos vies-mélancolies
Et on vient retrouver le nid
Où aucun malheur ne subsiste

La vie enchaîne les défis
Chaque jour amène ses soucis
On boucle nos ceintures et on prie
Pour qu’un peu de bonheur subsiste

Dans tes bras
La vie prend tout son sens
Dans les draps
Je perds un peu mes sens

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Je parviens même à oublier
Qu’un autre jour va se lever
Et brusquement nous arracher
À cet instant d’éternité

Dans tes yeux
Je me laisse aspirer
Dans les cieux
Jusqu’au septième palier

Autour de nous le monde-toupie
Est de plus en plus étourdi
Mais sa folie nous semble si loin
Avec l’amour pour seul témoin

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Quand dans mes yeux noirs
Tu lis les mots d’amour
Dans mes yeux du soir
Les mots de velours


Jacinthe Mallard 06/12/2020

Les mots de velours

À coeur perdu (La différence)

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je ne remarque même plus la différence
Mon coeur bat, c’est tout c’qui a d’l’importance

En vérité, ça n’les regarde pas
La vérité ne s’explique pas
Mais elle ne se nie pas

Et pourtant c’est ce que j’ai fait jadis
Quand j’étais convertie au mimétisme
Mais enfin débarrassée des fausses croyances
Je n’me bats plus contre c’qui est une évidence

J’ai oublié tous les autres avant toi
Ces autres qui semblaient faits pour moi
Mais qui m’ressemblaient pas
Parce qu’ils t’ressemblaient pas
Je t’en prie, n’en doute pas

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je suis une citadelle d’indifférence
Contre les jug’ments et l’impertinence

Le temps perdu à me priver de toi
Aujourd’hui j’ai peine à y croire
Je n’pouvais pas savoir
Que tu s’rais mon histoire
Et je te prie d’y croire

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

(1 1/2 refrain instrumental)

Tu as fait la différence
Je t’aime de fou
À coeur perdu


J.R. Mallard 30/10/2020

À coeur perdu (La différence)

L’oeuvre et l’artiste

Quand la nuit tombe
Et que coupé du monde
On n’rêve pas à dormir

Que le blanc sur la page
Couvre comme un nuage
Nos plus ardents désirs

De tisser les lettres
Du maître poète
Qu’on aspire à dev’nir

Et d’incanter les mots
Que le monde trouv’ra beaux
Et viendra applaudir

Cet espoir, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette histoire, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Quand au gymnase
On serre les bandages
Et on se force à s’mouvoir

Et à répéter les gestes
De force, de finesse
Qui sauront émouvoir

Les gens dans la salle
Des villes, des villages
Qui s’ront venus nous voir

Et qui valent bien la peine
De se mettre hors d’haleine
Jusqu’à s'en laisser choir

Cette pulsion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette passion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Quand le soleil
En phase vermeille
S’offre comme un écrin

Au buste d’argile
Au tendre profile
D’un éphèbe olympien

Mettant en lumière
Des lignes trop primaires
Et qu’en proie au chagrin

On reprend le couteau
Pour corriger le faux
Sans attendre à demain

Ce déboire, c’est l’oeu – oeu – euvre et l’artiste
Ce devoir, c’est l’oeu – oeu – euvre et l’artiste

Et quand, à la fin
Un jour, mine de rien
Sans prév’nir, sans prévoir

Après toutes ces heures
De soupirs, de sueur
On peut apercevoir

Naître devant soi
Comme l’extension de soi
Un reflet, un miroir

Une œuvre tangible
À l’âme si limpide
Qu’on arrive à s’y voir

Cette vision, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette fusion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Ce frisson, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette chanson, c’est l’oeuvre et l’artiste


J.R. Mallard 06/11/2020

L'oeuvre et l'artiste

Guy In The Sky

I’ve always been a daydreamer
But never had much of a sweet tooth
Failed loves could have made me bitter
But I quickly learned to curb that, too

Some people see pies in the sky
And they put on a few kilos
Well, I see a guy in the sky
And he’s the dream that floats my boat

And I talked it over with my mother
And I shared my secret with my sister

And they rolled their eyes
And looked kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But they don’t see no guy by my side
And they pried, pried, pried
And I shrugged, shrugged, shrugged
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

They may say I dream in colors
And that’s not how one puts down roots
But what’s the point in sleepovers
That end in looking for one’s shoes

I’d rather keep my eyes open
For that one guy who’ll sway me smooth
I’d rather keep the door open
For my dream guy to walk right through

And I argue my case to my father
And I share the details with my brother

And they roll their eyes
And look kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But they don’t see no guy by my side
And they pry, pry, pry
And I shrug, shrug, shrug
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

Now don’t go thinking I’m unaware
That most pies in the sky
Are nothing but empty calories
But you just wait and see when he’s there
That my guy in the sky
Was more than a fantasy honey

You can roll your eyes
And look kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But you don’t see no guy by my side
You can pry, pry, pry
And I’ll shrug, shrug, shrug
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

You just wait and see
Who’s eating sweet pie
When my guy in the sky
Is the guy by my side

You just wait and see
Who’s licking lolly
When the man of my dreams
Is my sweetest daydream


J.R. Mallard 14/04/2018

Guy in the Sky

Love Like Lava

Cash was right on the money
When he said love is a burning thing
Just one look at you honey
Feels like God is pulling my heart strings

It’s an alchemical reaction
Of fast molten resolutions
If you keep stiring this cauldron
I can’t answer for my actions

My heart boils
My heart shakes
Shooting love like lava
Like a volcano of love
My throat burns
My eyes melt
Spilling love like lava
From the volcano of love

Peggy’s lyrics described it
The burning fever, the tugging need
Deep as a bottomless pit
Within which all of life is conceived

It’s a vertiginous concoction
With volatile repercussions
If you keep pushing my buttons
I can’t answer for my actions

Come to me, merge with me
Let’s spark the alchemy

Our bodies boil
Our bodies shake
Shooting love like lava
Like a volcano of love
Our cores tremble
Our insides quake
Spilling love like lava
From the volcano of love

It’s been sung, it’s been praised
It’s been freed and enslaved
It’s been glorified
And it’s been chastised

It’s been blamed for our pain
We can’t break from its chains
It’s dust in our eyes
It’s love, it’s lava

It burns us alive
We love the drama


J.R. Mallard 02/02/2019

Love Like Lava

La vipère

(Intro 1/2 refrain)
Il ne sert à rien de mentir
Elle m’a déjà vu l’engloutir
Du regard vert de la vipère...

(Couplet 1)
Charmeuse de serpents ou sorcière ?
Envoûté, je n’ai rien pu faire
Le philtre a pénétré mon corps
Comme le venin ou la ciguë
Comme le vin quand on l’a trop bu
Mes forces ont été mises à mort

(Pre-refrain)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Si je flanche, que le Diable m’emporte)

(Refrain)
Il ne sert à rien de mentir
Elle m’a déjà vu l’engloutir
Du regard vert de la vipère
Il serait vain de m’repentir
De chasser le démon du désir
Elle le sent bien, elle en est fière

(Couplet 2)
Ève de l’Éden ou Médusa?
Je l’ai r’gardée, il fallait pas
Je m’suis raidi comme de la pierre
Sa bouche à la pomme de mon cou
M’a vite fait tomber à genoux
Reniant le dieu qui m’a fait chair

(Pré-refrain)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Si je flanche, que le Diable m’emporte)

(Refrain)
Il ne sert à rien de mentir
Elle m’a déjà vu l’engloutir
Du regard vert de la vipère
Il serait vain de m’repentir
De chasser le démon du désir
Elle le sent bien, elle en est fière

(Couplet 3)
Perséphone ou Hélène de Troie
Sa beauté f’rait périr des rois
Et moi j’en bave comme un cerbère
La rage aux lèvres, le feu au coeur
Je me consume dans sa noirceur
Elle règne en reine sur mon enfer

(Pré-refrain)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Si je flanche, que le Diable m’emporte)

(Refrain)
Il ne sert à rien de mentir
Elle m’a déjà vu l’engloutir
Du regard vert de la vipère
Il serait vain de m’repentir
De chasser le démon du désir
Elle le sent bien, elle en est fière

(Refrain 2)
Il ne sert à rien de mentir
Elle m’a déjà vu l’engloutir
Du regard vert de la vipère
Gardez-vous bien de me bénir (A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
Pour purger le démon du désir (Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)
Elle l’a sommé, elle en est fière (A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)

Elle est la mère de la vipère (Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)

(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Sa-ma-el-i-blis-as-ta-rot)
(A-za-zel-shei-tan-mas-té-ma)
(Ouvre au fils qui frappe à ta porte)


J.R. Mallard 13/07/2020

La vipère

With Interest

Walk in the park in the suburb
Feeling happy beyond measure
Picking petals from a flower

Does he love me?
Not a chance? Maybe? Definitely?

Strolling in the heart of downtown
Ears beating with my favourite sounds
Head spinning cause questions abound

Does he love me?
A little? A lot? Desperately?

Oh boy, you caught my interest
I feel love blooming in my chest

(Oh boy!)
I would be the happiest girl in the world
If you returned my fondness
In likeness
(Oh boy!)
I would be the wealthiest girl in the world
If you returned my interest
With interest
(Oh boy!)

Drawing a heart on my window
Writing our names in the middle
Piercing it all with an arrow

Is it meant to be?
A mirage, a dream, a fantasy?

Gazing up at the star-filled sky
Silent wishes sealed with a sigh
Wondering if you’ll ever be mine

Is it meant to be?
Tomorrow? Some day? Just wait and see?

Oh boy, you hold my interest
This love keeps growing in my chest

(Oh boy!)
I would be the happiest girl in the world
If you returned my fondness
In likeness
(Oh boy!)
I would be the wealthiest girl in the world
If you returned my interest
With interest
(Oh boy!)

Laying my head on my pillow
Looking forward to tomorrow
A dream immediately follows :

Walk in the park in the suburb
Feeling happy beyond measure
Picking petals from a flower

Does he love me?
A little? A lot? Desperately?

(Oh boy!)
I would be the happiest girl in the world
If you returned my fondness
In likeness
(Oh boy!)
I would be the wealthiest girl in the world
If you returned my interest
With interest
(Oh boy!)

Is it meant to be?
Tomorrow? Some day? Just wait and see...


J.R. Mallard 03/03/2019

With Interest

My Uploads

En couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui les a négligés
Pour une part de marché

Ma mère ne m’disait pas
Qu’j’étais l’plus beau des mômes
Mon père n’était pas là
Quand j’ai eu mon diplôme

Plutôt qu’faire des histoires
J’imprimais celles des autres
Des ballets de fils noirs
Au fil des planches couleur de chaux

Dans ma vie douce-amère
Aux espoirs illusoires
Et bonheurs éphémères
T’as ouvert un tiroir
De mille et une couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

J’étais un vieux garçon
Qui manquait d’ambition
Dont les jours s’enfilaient
Comme les perles d’un chap’let

Les filles me r’gardaient pas
Comme elles r’gardent les rockers
Les gars se passaient d’moi
Dans les soirées poker

Et dans ma chambre noire
J’dév’loppais pour les autres
En A4 blancs et noirs
Leurs pans de vie en marée haute

Dans ma vie claire-obscure
Aux contours un peu flous
Et aux contrastes trop durs
T’as taillé un bijou
De mille et une couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

J’étais un garçon triste
Avec des rêves d’artiste
Qui a vu en ton coeur
Sa palette de couleurs

Au roman noir et gris
Des histoires de ma vie
Tu t’es dictée auteure
D’un passage de bonheur
Comme les encres d’Asie
Tu as marqué ma vie
Et signé sur mon coeur
Une page en couleurs

Dans l’album noir et gris
Des clichés de ma vie
Tu as posé des fleurs
Un bouquet de douceur
Et quand, seul, je soupire
Je revois en souv’nir
Imprimée sur mon coeur
Ta photo en couleurs

Quand mes jours étaient gris
Tu as bercé mes nuits
Et fait rêver mon coeur
De mille et une couleurs


Jacinthe Mallard 20/12/2020

En couleurs

Les mots de velours

Une autre journée s’assoupit
On pose nos vies-mélancolies
Et on vient retrouver le nid
Où aucun malheur ne subsiste

La vie enchaîne les défis
Chaque jour amène ses soucis
On boucle nos ceintures et on prie
Pour qu’un peu de bonheur subsiste

Dans tes bras
La vie prend tout son sens
Dans les draps
Je perds un peu mes sens

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Je parviens même à oublier
Qu’un autre jour va se lever
Et brusquement nous arracher
À cet instant d’éternité

Dans tes yeux
Je me laisse aspirer
Dans les cieux
Jusqu’au septième palier

Autour de nous le monde-toupie
Est de plus en plus étourdi
Mais sa folie nous semble si loin
Avec l’amour pour seul témoin

Quand dans tes yeux noirs
Je lis les mots d’amour
Dans tes yeux du soir
Les mots de velours

Quand dans mes yeux noirs
Tu lis les mots d’amour
Dans mes yeux du soir
Les mots de velours


Jacinthe Mallard 06/12/2020

Les mots de velours

À coeur perdu (La différence)

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je ne remarque même plus la différence
Mon coeur bat, c’est tout c’qui a d’l’importance

En vérité, ça n’les regarde pas
La vérité ne s’explique pas
Mais elle ne se nie pas

Et pourtant c’est ce que j’ai fait jadis
Quand j’étais convertie au mimétisme
Mais enfin débarrassée des fausses croyances
Je n’me bats plus contre c’qui est une évidence

J’ai oublié tous les autres avant toi
Ces autres qui semblaient faits pour moi
Mais qui m’ressemblaient pas
Parce qu’ils t’ressemblaient pas
Je t’en prie, n’en doute pas

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

Je n’entends plus les voix dans les couloirs
Je n’vois plus les regards sur le trottoir
Je suis une citadelle d’indifférence
Contre les jug’ments et l’impertinence

Le temps perdu à me priver de toi
Aujourd’hui j’ai peine à y croire
Je n’pouvais pas savoir
Que tu s’rais mon histoire
Et je te prie d’y croire

Tu n’es pas un accident
Tu es la fleur
Qui pousse sans semence
Tu n’es pas une coïncidence
Non, n’aies pas peur
Et n’en doute plus

Tu n’es pas un instrument
Dont je me joue
Pour meubler mes silences
Tu n’as pas peu d’importance
Je t’aime de fou
À coeur perdu

(1 1/2 refrain instrumental)

Tu as fait la différence
Je t’aime de fou
À coeur perdu


J.R. Mallard 30/10/2020

À coeur perdu (La différence)

L’oeuvre et l’artiste

Quand la nuit tombe
Et que coupé du monde
On n’rêve pas à dormir

Que le blanc sur la page
Couvre comme un nuage
Nos plus ardents désirs

De tisser les lettres
Du maître poète
Qu’on aspire à dev’nir

Et d’incanter les mots
Que le monde trouv’ra beaux
Et viendra applaudir

Cet espoir, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette histoire, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Quand au gymnase
On serre les bandages
Et on se force à s’mouvoir

Et à répéter les gestes
De force, de finesse
Qui sauront émouvoir

Les gens dans la salle
Des villes, des villages
Qui s’ront venus nous voir

Et qui valent bien la peine
De se mettre hors d’haleine
Jusqu’à s'en laisser choir

Cette pulsion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette passion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Quand le soleil
En phase vermeille
S’offre comme un écrin

Au buste d’argile
Au tendre profile
D’un éphèbe olympien

Mettant en lumière
Des lignes trop primaires
Et qu’en proie au chagrin

On reprend le couteau
Pour corriger le faux
Sans attendre à demain

Ce déboire, c’est l’oeu – oeu – euvre et l’artiste
Ce devoir, c’est l’oeu – oeu – euvre et l’artiste

Et quand, à la fin
Un jour, mine de rien
Sans prév’nir, sans prévoir

Après toutes ces heures
De soupirs, de sueur
On peut apercevoir

Naître devant soi
Comme l’extension de soi
Un reflet, un miroir

Une œuvre tangible
À l’âme si limpide
Qu’on arrive à s’y voir

Cette vision, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette fusion, c’est l’oeu – euvre et l’artiste

Ce frisson, c’est l’oeu – euvre et l’artiste
Cette chanson, c’est l’oeuvre et l’artiste


J.R. Mallard 06/11/2020

L'oeuvre et l'artiste

Guy In The Sky

I’ve always been a daydreamer
But never had much of a sweet tooth
Failed loves could have made me bitter
But I quickly learned to curb that, too

Some people see pies in the sky
And they put on a few kilos
Well, I see a guy in the sky
And he’s the dream that floats my boat

And I talked it over with my mother
And I shared my secret with my sister

And they rolled their eyes
And looked kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But they don’t see no guy by my side
And they pried, pried, pried
And I shrugged, shrugged, shrugged
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

They may say I dream in colors
And that’s not how one puts down roots
But what’s the point in sleepovers
That end in looking for one’s shoes

I’d rather keep my eyes open
For that one guy who’ll sway me smooth
I’d rather keep the door open
For my dream guy to walk right through

And I argue my case to my father
And I share the details with my brother

And they roll their eyes
And look kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But they don’t see no guy by my side
And they pry, pry, pry
And I shrug, shrug, shrug
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

Now don’t go thinking I’m unaware
That most pies in the sky
Are nothing but empty calories
But you just wait and see when he’s there
That my guy in the sky
Was more than a fantasy honey

You can roll your eyes
And look kinda smug
Saying I see my guy in the sky
But you don’t see no guy by my side
You can pry, pry, pry
And I’ll shrug, shrug, shrug
Long as I see my guy in the sky
Don’t need no other guy by my side

You just wait and see
Who’s eating sweet pie
When my guy in the sky
Is the guy by my side

You just wait and see
Who’s licking lolly
When the man of my dreams
Is my sweetest daydream


J.R. Mallard 14/04/2018

Guy in the Sky

Love Like Lava

Cash was right on the money
When he said love is a burning thing
Just one look at you honey
Feels like God is pulling my heart strings

It’s an alchemical reaction
Of fast molten resolutions
If you keep stiring this cauldron
I can’t answer for my actions

My heart boils
My heart shakes
Shooting love like lava
Like a volcano of love
My throat burns
My eyes melt
Spilling love like lava
From the volcano of love

Peggy’s lyrics described it
The burning fever, the tugging need
Deep as a bottomless pit
Within which all of life is conceived

It’s a vertiginous concoction
With volatile repercussions
If you keep pushing my buttons
I can’t answer for my actions

Come to me, merge with me
Let’s spark the alchemy

Our bodies boil
Our bodies shake
Shooting love like lava
Like a volcano of love
Our cores tremble
Our insides quake
Spilling love like lava
From the volcano of love

It’s been sung, it’s been praised
It’s been freed and enslaved
It’s been glorified
And it’s been chastised

It’s been blamed for our pain
We can’t break from its chains
It’s dust in our eyes
It’s love, it’s lava

It burns us alive
We love the drama


J.R. Mallard 02/02/2019

Love Like Lava


About Me

Bio

Hi, I'm Jaye . :)

Update 06/01/2020:

I've been re-pricing my entire lyric portfolio. Prices are now set as an exact word count pro rata. I've established a base price per word which takes into account first word uses as well as repeats, which are priced lower. In many cases, this new system has cut my previous prices by about half, but I do believe that lyrics are more fairly priced this way.

I do not currently offer full copyrights tranfer options since I plan to publish a collection of my lyrics at some point this year and want to hold on to my printing rights.

All 75 LYRICS (67 in English, 8 en français ;) ) are currently listed by price, low to high, except for the 3 featured ones which are always my three newest listings. Please click 'load more' and view lyrics from different rows to get a better sense of my 'range'.

I'm excited to hear the alchemy you will make with my pennings! :)

CV/History

2010: Self-published first anime-inspired novel in my French mother tongue (Kageboushi: La légende des Ombres)

2016: Self-published second book, in English this time (Thornstein's Crew: Omen of Nightmare)

I have been writing lyrics for about a decade now... with no plan to stop in the near future. ;)

*Si vous êtes francophone, je n'ai actuellement que 8 textes listés en français mais j'en ai plusieurs en cours de route que je devrais lister au fil des prochains mois... Alors repassez me voir souvent ! ;)

Contact

Do you want to Work with J.R. Mallard?

Please login to your Songbay account to contact this artist.

Login here >>
or
Register FREE today >>